Séance 3 – Mythe médiéval dans les séries télévisées

Date : Mercredi 5 février 2014

Heure : 14h30 – 17h30
Lieu : Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs : Mathieu Dijoux et Andréa Rando-Martin.

Après deux séances théoriques, cette journée sera la première à mettre une matière mythique particulière à l’épreuve de la série télévisée. En effet, le mythe médiéval est un champ de recherches tout désigné, en ce sens que cet imaginaire est très présent dans la culture populaire contemporaine. Il s’agira dans un premier temps de réfléchir aux enjeux de la réécriture, par la série télévisée, de mythes médiévaux, qui se sont eux-mêmes construits à partir de mythes et de croyances plus anciens. Mais les séries télévisées sont aussi l’un des supports permettant le développement d’un univers particulier : la fantasy. La médiévalité, plus diffuse dans la fantasy que dans une oeuvre comme celle de Tolkien où les références au Moyen Âge sont érudites et directes, se construit davantage dans des médiations de la fiction, ce qui fait de la série télévisée un matériau privilégié pour étudier la représentation moderne des mythes médiévaux. Les communications d’Anne Besson et de Claire Cornillon contribueront à appréhender la spécificité de cet univers par l’approche médiévaliste. 

Anne Besson

Titre “*Le Trône de fer*de G.R.R. Martin : plus ou moins médiéval ?”

“Le cycle romanesque* A Song of Ice and Fire*, mieux connu depuis son adaptation télévisée sous le titre* Game of Thrones*, fait l’objet d’une réception contrastée quant à son rapport au Moyen Âge : si la réception journalistique et publique loue un réalisme historique contrastant avec les productions de * fantasy* antérieures, nommément celles de Tolkien, les spécialistes de littérature médiévale en revanche, qui ont fait du “médiévalisme” un de leurs champs d’intervention, s’étonnent symétriquement d’y retrouver si peu de leur époque de prédilection. A l’évidence, ce n’est pas du même Moyen Âge dont il est question de part et d’autre, ni même du même mythe, du même imaginaire médiéval. Mon intervention s’efforcera d’en déterminer les lignes de force respectives, en traitant l’exemple de l’œuvre de Martin comme l’indice de la dernière mutation, en cours, d’un Moyen Âge constamment réinventé”.

 

Claire Cornillon

Titre : Le mythe dans *Game of Thrones*.

Si les sociétés représentées dans *Game of Thrones* possèdent leurs propres mythes, évoqués selon diverses modalités au cours de la série, l’univers fictionnel de Westeros réactive également un certain nombre d’éléments qui relèvent de la pensée mythique : les personnages s’inscrivent dans une société où leur destin est préécrit, déterminé par quelque chose qui leur préexiste. Or la série déconstruit ces schémas en engageant les personnages dans une véritable lutte pour se libérer de ces paradigmes. Paradoxalement, en détournant les archétypes auxquels ils étaient attachés au départ, ils retrouvent pourtant d’autres archétypes, notamment épiques. D’autre part, la construction même de la narration, parce que sérielle, joue à la fois sur la répétition et sur l’évolution ou la rupture pour réévaluer constamment ce rapport au mythe. Cette communication se propose donc d’étudier l’ambiguïté et la complexité des références au mythe dans la série et le traitement du mythe dans le cadre spécifique d’une narration sérielle.



Citer ce billet
Claudia Daher (2013, 29 novembre). Séance 3 – Mythe médiéval dans les séries télévisées. Mythes et séries télévisées. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rpy2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.