Archives mensuelles : février 2014

Séance 4 – L’imaginaire de l’Apocalypse dans les séries télévisées

Date : Mercredi 2 avril 2014
Heure : 14h30 – 17h30
Lieu : Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs : Mathieu Dijoux et Julie Schutz

 Cette quatrième séance étudiera l’imaginaire apocalyptique développé par la série télévisée, en se penchant sur les œuvres qui mettent en scène, de façon thématique ou structurelle, le récit biblique de fin de l’histoire.

Nous tenterons d’abord de dégager les modalités de réécriture de l’Apocalypse, qu’il s’agisse de l’insertion de mythèmes apocalyptiques récurrents, ou de la reprise du schème dynamique de chute et de restauration. Nous pourrons alors déterminer dans quelle mesure les séries télévisées se plaisent à réécrire le mythe, mais aussi à le détourner (parodie, répétition, poétique de la ruine). Aussi nous demanderons-nous si la référence au texte sacré est le moyen d’une désacralisation à l’usage d’idéologies diverses, ou au contraire le medium d’une resacralisation adaptée à l’univers contemporain.

C’est ainsi l’ancrage du récit apocalyptique dans la contemporanéité qu’il s’agira d’interroger, en prenant en compte la nécessaire tension entre le mythe d’espoir originel, pour qui la fin du monde justifie les souffrances de l’histoire et permet d’en sortir, et l’imaginaire contemporain de « l’apocalypse sans royaume » postulé notamment par Günther Anders. Nous nous demanderons enfin si la série télévisée crée un mythe apocalyptique contemporain spécifique, issu de la confrontation entre sa temporalité sérielle et la linéarité fondamentale du récit de l’Apocalypse.

Les communications de Diane Langlumé, Désirée Lorenz et Nicolas Schunadel nous permettront de saisir ces enjeux du discours apocalyptique dans les séries télévisées.

Interventions :

–      Diane Langlumé, « Les enjeux du discours apocalyptique dans les séries télévisées intertextuelles du fantastique américain (1997-aujourd’hui) ».

–      Désirée Lorenz, « Les séries télévisées de super-héros : typologie et enjeux d’un genre apocalyptique ».

–      Nicolas Schunadel, « Autour de moi, les mains aux dents voraces : le sacré et le profane dans The Walking Dead ».

 Diane Langlumé  est Professeure Agrégée d’anglais à l’Université de Paris VIII et détentrice d’un DEA de cinéma (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense). Elle prépare actuellement une thèse sur les représentations de la femme et de l’Apocalypse dans les séries télévisées américaines. Elle a co-écrit et traduit The Catacombs of Paris aux éditions Parigramme (2011) et publié des articles sur le cinéma, notamment dans la revue CinémAction.

 Désirée Lorenz est doctorante contractuelle enseignante en littérature générale et comparée à l’Université de Poitiers. Titulaire d’un master de littérature française et d’un master de philosophie politique, elle s’interroge actuellement sur les liens entre politique, idéologie et art. Elle prépare une thèse portant sur la réception des comics de super-héros en France des années 30 à nos jours, dans une perspective pluridisciplinaire mêlant cultural studies, traductologie, théorie de l’intermédialité, mythocritique et philosophie politique.

 Nicolas Schunadel est docteur en lettres et sciences humaines, titulaire d’une thèse travaillant les schèmes anxiologiques. Intéressé par les aspects théoriques de l’imaginaire, il interroge également de façon conjointe les imaginaires de la peur et de la science. Actuellement Président de l’Association des Amis du Centre de Recherche sur l’Imaginaire, il a notamment publié des « Eléments pour un renouveau des Structures de l’imaginaire » (Irisi n°31, 2010) et « « Fons et origo » : l’eau à la lumière des imaginaires NTIC » (Hérisson, 2012).