Archives mensuelles : novembre 2013

Séance 3 – Mythe médiéval dans les séries télévisées

Date : Mercredi 5 février 2014

Heure : 14h30 – 17h30
Lieu : Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs : Mathieu Dijoux et Andréa Rando-Martin.

Après deux séances théoriques, cette journée sera la première à mettre une matière mythique particulière à l’épreuve de la série télévisée. En effet, le mythe médiéval est un champ de recherches tout désigné, en ce sens que cet imaginaire est très présent dans la culture populaire contemporaine. Il s’agira dans un premier temps de réfléchir aux enjeux de la réécriture, par la série télévisée, de mythes médiévaux, qui se sont eux-mêmes construits à partir de mythes et de croyances plus anciens. Mais les séries télévisées sont aussi l’un des supports permettant le développement d’un univers particulier : la fantasy. La médiévalité, plus diffuse dans la fantasy que dans une oeuvre comme celle de Tolkien où les références au Moyen Âge sont érudites et directes, se construit davantage dans des médiations de la fiction, ce qui fait de la série télévisée un matériau privilégié pour étudier la représentation moderne des mythes médiévaux. Les communications d’Anne Besson et de Claire Cornillon contribueront à appréhender la spécificité de cet univers par l’approche médiévaliste. 

Anne Besson

Titre « *Le Trône de fer*de G.R.R. Martin : plus ou moins médiéval ? »

« Le cycle romanesque* A Song of Ice and Fire*, mieux connu depuis son adaptation télévisée sous le titre* Game of Thrones*, fait l’objet d’une réception contrastée quant à son rapport au Moyen Âge : si la réception journalistique et publique loue un réalisme historique contrastant avec les productions de * fantasy* antérieures, nommément celles de Tolkien, les spécialistes de littérature médiévale en revanche, qui ont fait du « médiévalisme » un de leurs champs d’intervention, s’étonnent symétriquement d’y retrouver si peu de leur époque de prédilection. A l’évidence, ce n’est pas du même Moyen Âge dont il est question de part et d’autre, ni même du même mythe, du même imaginaire médiéval. Mon intervention s’efforcera d’en déterminer les lignes de force respectives, en traitant l’exemple de l’œuvre de Martin comme l’indice de la dernière mutation, en cours, d’un Moyen Âge constamment réinventé ».

 

Claire Cornillon

Titre : Le mythe dans *Game of Thrones*.

Si les sociétés représentées dans *Game of Thrones* possèdent leurs propres mythes, évoqués selon diverses modalités au cours de la série, l’univers fictionnel de Westeros réactive également un certain nombre d’éléments qui relèvent de la pensée mythique : les personnages s’inscrivent dans une société où leur destin est préécrit, déterminé par quelque chose qui leur préexiste. Or la série déconstruit ces schémas en engageant les personnages dans une véritable lutte pour se libérer de ces paradigmes. Paradoxalement, en détournant les archétypes auxquels ils étaient attachés au départ, ils retrouvent pourtant d’autres archétypes, notamment épiques. D’autre part, la construction même de la narration, parce que sérielle, joue à la fois sur la répétition et sur l’évolution ou la rupture pour réévaluer constamment ce rapport au mythe. Cette communication se propose donc d’étudier l’ambiguïté et la complexité des références au mythe dans la série et le traitement du mythe dans le cadre spécifique d’une narration sérielle.

Séance 2 – Formes du mythe et de la série télévisée : semblances et dissemblances

Date : Mercredi 4 décembre 2013
Heure : 14h30 – 17h30
Lieu : Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs : Julie Schutz et Clément Pélissier

 Cette seconde séance introductive sera pour nous l’occasion de confronter théorie du mythe et théorie de la série télévisée, afin de mettre en évidence les enjeux d’une réflexion articulant ces deux notions.

Chercher des éléments de parenté entre la forme du mythe et celle de la série télévisée nous permettra en effet de déterminer en quoi le mythe pourrait être une notion pertinente pour approcher la série télévisée comme genre. Ainsi, les contraintes temporelles de la série télévisée, telles que la narration longue et le découpage par épisodes, créant le sens non seulement par la linéarité du récit, mais également par la répétition et le décalage, pourront être mis en relation avec le mode de pensée et d’expression du mythe, amené à se développer dans le temps long, l’itération et la décomposition en mythèmes signifiants. De plus, le genre sériel, en raison notamment de la diversité et de la pluralité des médias qui la diffusent, induit une réception spécifique, propre à créer des phénomènes de culte. Il s’agira donc d’interroger les jeux de croyances caractéristiques de la réception de la série télévisée, en les comparant à la considération accordée aux mythes. Ainsi, examiner les relations que les séries entretiennent avec les mythes nous conduira à évaluer dans quelle mesure elles pourraient être des mediums idéaux pour réécrire des mythes anciens ou pour écrire des mythes modernes.

Un dialogue interdisciplinaire autour des communications de nos trois intervenants, M. le professeur Jean-Pierre Esquenazi, Mme Sylvie Allouche et M. François-Ronan Dubois, issus respectivement des sciences de l’information et de la communication, de la philosophie et de la littérature, nous permettra de penser les liens entre mythes et séries télévisées et de fonder les principaux enjeux méthodologiques de notre séminaire.

 

Interventions :

–      François-Ronan Dubois, « La structuration du sens dans le mythe et la série télévisée ».

–      Sylvie Allouche, « Les téléspectateurs croient-ils à leurs séries télévisées ? ».

–      Jean-Pierre Esquenazi, « Battlestar Galactica, mythes de l’ancien temps et mythes du monde moderne».

 

Orientation bibliographique

BUXTON, David, La Série télévisée : Forme, idéologie et mode de production, Paris, L’Harmattan, 2010.

CARRAZE, Alain, Les Séries télé, l’histoire, les succès, les coulisses, Paris, Hachette, 2007.

COLONNA, Vincent, L’Art des séries télé, Paris, Payot, 2010.

DURAND, Gilbert, Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1960.

DURAND, Gilbert, Introduction à la mythodologie, Paris, Albin Michel, 1996.

ESQUENAZI, Jean-Pierre, Mythologie des séries télévisées, Paris, Cavalier Bleu, 2009.

ESQUENAZI, Jean-Pierre, Les séries télévisées : l’avenir du cinéma ?, Paris, Armand Colin, 2010.

ESQUENAZI, Jean-Pierre, Sociologie des publics, Paris, La Découverte, 2003.

VEYNE, Paul, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, Éditions du Seuil, « Des travaux », 1983.

 

–      M. Jean-Pierre Esquenazi est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université Lyon 3. Directeur de l’équipe de recherche sur les systèmes de communications et d’informations des organisations et des médias, il est spécialisé dans le domaine de la production culturelle et de sa réception. Il a notamment publié Mythologies des séries télés (Le Cavalier Bleu Editions, 2009) et Les séries télévisées. L’avenir du cinéma ? (Armand Colin, cinéma, 2010).  

–      Mme Sylvie Allouche est docteure en philosophie des sciences et des techniques. Intéressée par la possibilité de « philosopher sur les possibles avec la science-fiction » (titre de sa thèse) et la question de l’homme technologiquement modifié, elle est également co-organisatrice depuis 2009 des colloques « Philoséries » sur Buffy contre les vampires, 24h chrono, Battlestar Galactica et A la Maison Blanche (les publications, dont elle est co-directrice, sont en cours).

–      Doctorant en littérature à l’Université Stendhal-Grenoble 3, M. François-Ronan Dubois a pour second champ d’étude les séries télévisées anglophones des années 1990 à nos jours Intéressé par les rapports entre Antiquité, imaginaire mythique et séries télévisées, il a notamment publié « Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files » (e-lla, 2012) et « Fantastique, science-fiction et résolution individualiste des crises globales dans les séries télévisées étasuniennes de 1990 à nos jours » (Magazine de la communication de crise & sensible, 2013). Pour en savoir plus, son carnet de recherche : http://contagions.hypotheses.org/.