Archives pour la catégorie 2. Séances

Séance 8 – La réception des séries télévisées

Date : Mercredi 10 décembre 2014
Heure :
14h30 – 16h30
Lieu :  
Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs : Xavier Guicherd-Delannaz et Cécilia Germain

Cette séance s’intéressera à saisir la question de la réception des séries télévisées dans la société à la fois dans ses nombreux codes et rituels et dans sa dimension sacrée. Ainsi, nous analyserons le fonctionnement des « tribus » (Maffesoli, 1988) de la télévision. Nous tenterons de comprendre comment s’organise l’effervescence sociale autour d’un corpus de séries, leur conférant le statut de « série culte ».

Intervenants:

Doriane Montmasson, doctorante en sciences de l’éducation sous la direction de Régine Sirota, laboratoire CERLIS, Université Paris Descartes. ATER à l’Université Paris Descartes. « La réception de la littérature de jeunesse par les enfants : quand les héros et la narration « transmédia » s’invitent dans les entretiens ».

Cécilia Germain, doctorante en sociologie sous la direction de Sébastien Schehr, laboratoire LLSETI, Université Savoie Mont Blanc. ATER à l’Université de Tours. « Plus tard, je voudrais qu’on m’aime comme ça ». Les relations amoureuses et les jeunes à travers l’exemple de la réception des séries télévisées.

Séance 7 – Héros télévisuel, déconstruction de la figure du héros, l’antihéros

Date : Mardi 18 novembre 2014
Heure :
08h30 – 12h30
Lieu :  
Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs : Sandrine Chapon et Cécilia Germain

Modérateur: Jonathan Fruoco

Intervenants :

Sandrine Chapon (doctorante au GREMUTS, Université Stendhal Grenoble 3): Perry Mason  L’affaire de l’avocat légendaire

Cécilia Germain (doctorante au LLS, Université de Savoie): L’antihéros télévisuel, ce personnage imparfait qui provoque l’attachement du spectateur

James Dalrymple (doctorant, CEMRA, Université Stendhal Grenoble 3): The Singing Detective : genre, mythe et idéologie.

Résumés :

The Singing Detective : genre, mythe, et idéologie, par James Dalrymple

Dans la série The Singing Detective (BBC, 1986), écrite par Dennis Potter, un écrivain de romans policiers est hospitalisé pour une maladie de la peau rare. Il revit le récit d’un de ces romans dans sa tête, menant une enquête qui se confond avec ses souvenirs d’enfance. Au cours de la série, qui comprend six épisodes d’une durée d’une heure environ, différents genres s’entremêlent : la comédie musicale, la série médicale, le thriller espionnage, le roman noir, l’autobiographie. En parlant avec un psychiatre, d’abord avec énormément de réticence, il accepte petit-à-petit sa propre culpabilité et sa honte par rapport au mystère personnel qui a déclenché sa maladie. Celle-ci s’améliore progressivement, et l’histoire cachée derrière ses souvenirs, phantasmes et rêves devient de plus en plus claire.

De nombreux critiques ont observé une synergie entre la psychanalyse et le roman policier à l’égard de l’organisation du récit, qui tracent les deux un passage de la perte à la restauration. En nous menant vers un dénouement révélateur et en reconstruisant la scène primitive représentée par le crime, est-ce que le genre policier s’inscrit au mythe Œdipien sur lequel la psychanalyse Freudienne est basée ? Malgré le caractère avant-garde de The Singing Detective, valide-t-elle néanmoins la convention fondatrice du roman policier: que l’on peut résoudre un traumatisme en remettant dans le bon ordre les événements du passé?

James Dalrymple est doctorant contractuel en deuxième année de thèse au Centre d’études sur les modes de la représentation anglophone (CEMRA), Université de Grenoble – Stendhal III, sous la direction de Prof. Catherine Delmas. Sa recherche porte sur la figure du détective dans la métafiction au cinéma, à la télévision et au roman contemporain britannique.

L’antihéros télévisuel, ce personnage imparfait qui provoque l’attachement du spectateur, par Cécilia Germain

 Depuis le milieu des années 2000, nous voyons s’imposer sur nos écrans une nouvelle image du héros. Ce nouveau type de personnage pourrait se définir comme un anti héros. Progressivement, les téléspectateurs ont su délaisser un héros « monolithique » qui vivait de nombreuses péripéties dans des mondes extraordinaires ou lointains, possédant des qualités rares ;  en privilégiant des personnages plus ordinaires ou torturés, en prise avec le quotidien. Laurent Jullier montre qu’il existe une sorte de cohabitation entre ces deux figures de héros : « les héros qui hésitent, se trompent, reçoivent une bonne leçon, s’amendent et s’améliorent, cohabitent désormais avec leurs surhumains homologues »[1]. Aujourd’hui, beaucoup de séries mettent en avant des antihéros: Dr House, Dexter, Breaking Bad, House of cards, ou encore des séries télévisées faites pour les adolescents comme Glee. Tout d’abord, il s’agira de déterminer les caractéristiques de l’anti héros télévisuel. Il peut se définir par son sens moral qui peut aller d’une vision particulière de la justice à l’amoralité. La scission entre le bien et le mal est plus ambivalente avec ce type de personnage. Il est aussi un individu en devenir, en formation. Souvent son passé explique en partie ses actions présentes. Par la suite, il s’agira d’étudier l’attachement que peut provoquer cette nouvelle figure de personnage envers les téléspectateurs. Comme le souligne Jost, «  le coup de génie de certains scénaristes est d’avoir fait éclater le carcan psychologique mise en œuvre par le discours réaliste qui s’appuie sur des caractères stables et intangibles (avec le méchant, le bon, le tendre, le naïf, le distrait,..) pour toucher à la fois ce qu’il y a de plus humain et de plus social en nous »[2] . Les héros « classiques » attirent un certain type de public notamment les enfants et les séniors. Toutefois, cette perfection peut être pesante pour certains spectateurs. Ils partent alors à la recherche d’autres personnages plus imparfaits.

Cet attachement se fait graduellement, au fur et à mesure que le téléspectateur apprend à connaître les traits de personnalité de cet antihéros. Ce type de personnage plait aux spectateurs car il est proche d’eux. Certaines expériences vécues par l’antihéros se rapprochent de la vie quotidienne des spectateurs. Comparé aux héros, ce personnage peut se tromper, commettre des erreurs de jugement, souffrir, être malade, se perdre dans ses sentiments. Il a un droit à l’erreur qui lui permet de sortir grandi de ses mésaventures. Il poursuit un cheminement proche de celui de ses spectateurs et c’est l’une des raisons qui le rend attachant aux yeux du public.

Cécilia Germain est doctorante en sociologie à l’Université Pierre Mendès France, Grenoble II, Laboratoire LLS (Université de Savoie), sous la direction de Monsieur Sébastien SCHEHR. L’intitulé de sa thèse est « L’entrée dans la sexualité, entre scénario idéalisé et réalité vécue ». Elle occupe actualement le poste d’ATER en sociologie à l’Université de Tours. Ses recherches portent sur la sociologie de la sexualité, de la jeunesse et des médias. cecilia.germain@hotmail.fr

Perry Mason : L’affaire de l’avocat légendaire, par Sandrine Chapon

Le titre de cette communication est un clin d’œil à l’œuvre d’Erle Stanley Gardner (1889-1970), avocat et auteur américain de nombreux romans policiers comme The Case of the Demure Defendant ou The Case of the Restless Redhair. 82 de ces romans mettent en scène Perry Mason, un avocat détective qui innocente ses clients à chaque affaire. Ces romans ont donné lieu à de très nombreuses variations, la plus populaire étant la série télévisée diffusée pour la première fois entre 1957 et 1966 sur le réseau CBS. Mais on trouve également des versions radiophoniques et cinématographiques, des adaptations pour la bande dessinée, des références intertextuelles à cette série dans de nombreux thrillers, dans des chansons de rock et de heavy metal, dans certaines séries télévisées australiennes, anglaises et mexicaines, et même dans les jeux vidéo et les mangas, témoignant de la place centrale occupée par ce personnage éponyme dans la culture populaire qui s’étend au-delà des frontières américaines.

Les références intertextuelles à Perry Mason font écho à la vision postmoderne de la société et ouvrent la possibilité d’explorer les normes qui régissent la caractérisation de ce personnage de la télévision en noir et blanc. Nous proposons de montrer que les différentes réécritures permettent de revisiter le formula show en tant que genre parfois pour rendre hommage à ce personnage au statut mythique alors que dans d’autres cas, c’est pour déconstruire son caractère manichéen. Nous analysons, dans un second temps, le caractère fédérateur de ce personnage fictif dans la communauté juridique, rendant les frontières entre fiction et réalité perméables. Enfin, nous montrons que les résonnances de nature très différentes illustrent la particularité de la culture américaine qui ne rougit pas de sa prédilection pour les personnages populaires, même aux plus hautes fonctions de la hiérarchie judiciaire.

Sandrine Chapon est PRCE à la faculté de droit de Grenoble où elle enseigne l’anglais juridique depuis 2005. Parallèlement à sa fonction d’enseignante, elle est doctorante sous la direction de Mme Shaeda Isani (ILCEA, Université Stendhal, Grenoble 3). Ses recherches portent sur les séries judiciaires américaines comme voie d’accès à la langue-culture du droit.

http://droit.upmf-grenoble.fr/acces-rapides/annuaire/chapon-sandrine-167531.htm


[1] JULLIER Laurent, LABORDE Barbara, Grey’s anatomy, Du cœur au care, PUF, 2012.

[2] JOST François, De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ?, CNRS édition, 2011.

 

 

 

Séance 6 – Héros télévisuels, figures mythiques

Date : Mercredi 15 octobre 2014
Heure : 14h00 – 17h30
Lieu : Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs : Clément Pelissier et Jonathan Fruoco

Cette séance aura pour objet d’étude la place du mythe dans les relations entre la série télévisuelle et ses héros.  Le terme même de héros recouvre aujourd’hui bien des significations et des nuances.

 Pour Jospeh Cambell, dans Le héros aux mille et un visages, le héros mythique, en tout temps, suit le même parcours : « séparation d’avec le monde, accès à quelque source de pouvoir et retour vivificateur ». Riche de sa narration, de ses tensions et de ses rebondissements, la série télévisuelle semble être un support tout désigné pour vérifier ce schéma.

 Le spectateur palpite au rythme des aventures de personnages qui réitèrent autant qu’ils modernisent les quêtes anciennes qui parcourent les récits des civilisations. Le héros télévisuel a lui aussi mille et un visages et c’est un nouveau récit filmé qui se narre au fil des épisodes ou des saisons. Il fait souvent montre de capacités hors normes et d’une exceptionnelle destinée qui en font le repère à suivre. Ce sont bien souvent sur ces héros, sur leurs ennemis et leurs énigmes que repose la structure centrale de la série télévisuelle. Elle permet d’identifier et de s’identifier plus ou moins librement aux aventures vécues.

Au travers des communications de Laurent Aknin et de Clément Pelissier, le parcours de quelques héros sera suivi afin de déceler les mythes qui perdurent et se renouvellent dans des séries télévisuelles très différentes dans leur forme et pourtant si familières dans leur fond.

Intervenants :

Laurent Aknin, historien et critique de cinéma: « Willow Rosenberg : juive, sorcière, lesbienne, déesse ».

Clément Pelissier, doctorant CRI LLSH, Grenoble 3 : « Aux frontières du mythe et de l’adolescence, naissance d’un super-héros dans la série Smallville « .   

Séance 5 – Le scientifique : un nouveau magicien ?

Date : Mercredi 21 mai 2014
Heure : 14h30 – 17h30
Lieu : Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs : Laurence Picano-Doucet et Jonathan Fruoco

Cette cinquième séance sera pour nous l’occasion d’interroger la représentation des sciences dans les séries télévisées et d’étudier son rôle comme support essentiel de l’avancement de l’action.

La science possède depuis la nuit des temps une aura mystique pour l’observateur ne comprenant pas son fonctionnement. Ainsi, les figures du médecin et du scientifique restent dans de nombreuses cultures associées à celle du magicien et du thaumaturge. De fait, la supériorité technologique et la connaissance scientifique acquièrent dans la série télévisée une dimension unique en conférant bien souvent un savoir inconnu autant des téléspectateurs que des personnages du récit. Ce faisant, le héros scientifique (médecin, ingénieur, mathématicien…) réinvestit le rôle du magicien détenteur d’un pouvoir permettant de mystifier son entourage et de faire évoluer le récit.

En jouant ainsi avec des théories scientifiques avancées, voire même impossibles, la science-fiction donne par exemple aux détenteurs de ce savoir sacré une dimension divine (la saga Stargatefait de ce concept le cœur même de la série), tandis que le médecin dans Dr House devient grâce à ses prouesses l’image même du chaman. Or, ces deux figures sont-elles complémentaires ou bien opposées ?

Les communications de nos trois intervenants, Dr Frank Waserhole, Pascal Lafourcade et Jonathan Fruoco permettront ainsi d’établir un dialogue interdisciplinaire mêlant médecine, mathématiques et sciences humaines afin d’éclairer les différentes représentations de la figure du scientifique dans la série télévisée.

Intervenants :

Dr. Franck Waserhole (psychiatre, Grenoble)

Dr. Pascal Lafourcade (Maître de conférences, HDR, informaticien, laboratoire Verimag, Gières)

Jonathan Fruoco (doctorant LLSH, CEMRA) 

Séance 4 – L’imaginaire de l’Apocalypse dans les séries télévisées

Date : Mercredi 2 avril 2014
Heure : 14h30 – 17h30
Lieu : Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs : Mathieu Dijoux et Julie Schutz

 Cette quatrième séance étudiera l’imaginaire apocalyptique développé par la série télévisée, en se penchant sur les œuvres qui mettent en scène, de façon thématique ou structurelle, le récit biblique de fin de l’histoire.

Nous tenterons d’abord de dégager les modalités de réécriture de l’Apocalypse, qu’il s’agisse de l’insertion de mythèmes apocalyptiques récurrents, ou de la reprise du schème dynamique de chute et de restauration. Nous pourrons alors déterminer dans quelle mesure les séries télévisées se plaisent à réécrire le mythe, mais aussi à le détourner (parodie, répétition, poétique de la ruine). Aussi nous demanderons-nous si la référence au texte sacré est le moyen d’une désacralisation à l’usage d’idéologies diverses, ou au contraire le medium d’une resacralisation adaptée à l’univers contemporain.

C’est ainsi l’ancrage du récit apocalyptique dans la contemporanéité qu’il s’agira d’interroger, en prenant en compte la nécessaire tension entre le mythe d’espoir originel, pour qui la fin du monde justifie les souffrances de l’histoire et permet d’en sortir, et l’imaginaire contemporain de « l’apocalypse sans royaume » postulé notamment par Günther Anders. Nous nous demanderons enfin si la série télévisée crée un mythe apocalyptique contemporain spécifique, issu de la confrontation entre sa temporalité sérielle et la linéarité fondamentale du récit de l’Apocalypse.

Les communications de Diane Langlumé, Désirée Lorenz et Nicolas Schunadel nous permettront de saisir ces enjeux du discours apocalyptique dans les séries télévisées.

Interventions :

–      Diane Langlumé, « Les enjeux du discours apocalyptique dans les séries télévisées intertextuelles du fantastique américain (1997-aujourd’hui) ».

–      Désirée Lorenz, « Les séries télévisées de super-héros : typologie et enjeux d’un genre apocalyptique ».

–      Nicolas Schunadel, « Autour de moi, les mains aux dents voraces : le sacré et le profane dans The Walking Dead ».

 Diane Langlumé  est Professeure Agrégée d’anglais à l’Université de Paris VIII et détentrice d’un DEA de cinéma (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense). Elle prépare actuellement une thèse sur les représentations de la femme et de l’Apocalypse dans les séries télévisées américaines. Elle a co-écrit et traduit The Catacombs of Paris aux éditions Parigramme (2011) et publié des articles sur le cinéma, notamment dans la revue CinémAction.

 Désirée Lorenz est doctorante contractuelle enseignante en littérature générale et comparée à l’Université de Poitiers. Titulaire d’un master de littérature française et d’un master de philosophie politique, elle s’interroge actuellement sur les liens entre politique, idéologie et art. Elle prépare une thèse portant sur la réception des comics de super-héros en France des années 30 à nos jours, dans une perspective pluridisciplinaire mêlant cultural studies, traductologie, théorie de l’intermédialité, mythocritique et philosophie politique.

 Nicolas Schunadel est docteur en lettres et sciences humaines, titulaire d’une thèse travaillant les schèmes anxiologiques. Intéressé par les aspects théoriques de l’imaginaire, il interroge également de façon conjointe les imaginaires de la peur et de la science. Actuellement Président de l’Association des Amis du Centre de Recherche sur l’Imaginaire, il a notamment publié des « Eléments pour un renouveau des Structures de l’imaginaire » (Irisi n°31, 2010) et « « Fons et origo » : l’eau à la lumière des imaginaires NTIC » (Hérisson, 2012).

Séance 3 – Mythe médiéval dans les séries télévisées

Date : Mercredi 5 février 2014

Heure : 14h30 – 17h30
Lieu : Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs : Mathieu Dijoux et Andréa Rando-Martin.

Après deux séances théoriques, cette journée sera la première à mettre une matière mythique particulière à l’épreuve de la série télévisée. En effet, le mythe médiéval est un champ de recherches tout désigné, en ce sens que cet imaginaire est très présent dans la culture populaire contemporaine. Il s’agira dans un premier temps de réfléchir aux enjeux de la réécriture, par la série télévisée, de mythes médiévaux, qui se sont eux-mêmes construits à partir de mythes et de croyances plus anciens. Mais les séries télévisées sont aussi l’un des supports permettant le développement d’un univers particulier : la fantasy. La médiévalité, plus diffuse dans la fantasy que dans une oeuvre comme celle de Tolkien où les références au Moyen Âge sont érudites et directes, se construit davantage dans des médiations de la fiction, ce qui fait de la série télévisée un matériau privilégié pour étudier la représentation moderne des mythes médiévaux. Les communications d’Anne Besson et de Claire Cornillon contribueront à appréhender la spécificité de cet univers par l’approche médiévaliste. 

Anne Besson

Titre « *Le Trône de fer*de G.R.R. Martin : plus ou moins médiéval ? »

« Le cycle romanesque* A Song of Ice and Fire*, mieux connu depuis son adaptation télévisée sous le titre* Game of Thrones*, fait l’objet d’une réception contrastée quant à son rapport au Moyen Âge : si la réception journalistique et publique loue un réalisme historique contrastant avec les productions de * fantasy* antérieures, nommément celles de Tolkien, les spécialistes de littérature médiévale en revanche, qui ont fait du « médiévalisme » un de leurs champs d’intervention, s’étonnent symétriquement d’y retrouver si peu de leur époque de prédilection. A l’évidence, ce n’est pas du même Moyen Âge dont il est question de part et d’autre, ni même du même mythe, du même imaginaire médiéval. Mon intervention s’efforcera d’en déterminer les lignes de force respectives, en traitant l’exemple de l’œuvre de Martin comme l’indice de la dernière mutation, en cours, d’un Moyen Âge constamment réinventé ».

 

Claire Cornillon

Titre : Le mythe dans *Game of Thrones*.

Si les sociétés représentées dans *Game of Thrones* possèdent leurs propres mythes, évoqués selon diverses modalités au cours de la série, l’univers fictionnel de Westeros réactive également un certain nombre d’éléments qui relèvent de la pensée mythique : les personnages s’inscrivent dans une société où leur destin est préécrit, déterminé par quelque chose qui leur préexiste. Or la série déconstruit ces schémas en engageant les personnages dans une véritable lutte pour se libérer de ces paradigmes. Paradoxalement, en détournant les archétypes auxquels ils étaient attachés au départ, ils retrouvent pourtant d’autres archétypes, notamment épiques. D’autre part, la construction même de la narration, parce que sérielle, joue à la fois sur la répétition et sur l’évolution ou la rupture pour réévaluer constamment ce rapport au mythe. Cette communication se propose donc d’étudier l’ambiguïté et la complexité des références au mythe dans la série et le traitement du mythe dans le cadre spécifique d’une narration sérielle.

Séance 2 – Formes du mythe et de la série télévisée : semblances et dissemblances

Date : Mercredi 4 décembre 2013
Heure : 14h30 – 17h30
Lieu : Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs : Julie Schutz et Clément Pélissier

 Cette seconde séance introductive sera pour nous l’occasion de confronter théorie du mythe et théorie de la série télévisée, afin de mettre en évidence les enjeux d’une réflexion articulant ces deux notions.

Chercher des éléments de parenté entre la forme du mythe et celle de la série télévisée nous permettra en effet de déterminer en quoi le mythe pourrait être une notion pertinente pour approcher la série télévisée comme genre. Ainsi, les contraintes temporelles de la série télévisée, telles que la narration longue et le découpage par épisodes, créant le sens non seulement par la linéarité du récit, mais également par la répétition et le décalage, pourront être mis en relation avec le mode de pensée et d’expression du mythe, amené à se développer dans le temps long, l’itération et la décomposition en mythèmes signifiants. De plus, le genre sériel, en raison notamment de la diversité et de la pluralité des médias qui la diffusent, induit une réception spécifique, propre à créer des phénomènes de culte. Il s’agira donc d’interroger les jeux de croyances caractéristiques de la réception de la série télévisée, en les comparant à la considération accordée aux mythes. Ainsi, examiner les relations que les séries entretiennent avec les mythes nous conduira à évaluer dans quelle mesure elles pourraient être des mediums idéaux pour réécrire des mythes anciens ou pour écrire des mythes modernes.

Un dialogue interdisciplinaire autour des communications de nos trois intervenants, M. le professeur Jean-Pierre Esquenazi, Mme Sylvie Allouche et M. François-Ronan Dubois, issus respectivement des sciences de l’information et de la communication, de la philosophie et de la littérature, nous permettra de penser les liens entre mythes et séries télévisées et de fonder les principaux enjeux méthodologiques de notre séminaire.

 

Interventions :

–      François-Ronan Dubois, « La structuration du sens dans le mythe et la série télévisée ».

–      Sylvie Allouche, « Les téléspectateurs croient-ils à leurs séries télévisées ? ».

–      Jean-Pierre Esquenazi, « Battlestar Galactica, mythes de l’ancien temps et mythes du monde moderne».

 

Orientation bibliographique

BUXTON, David, La Série télévisée : Forme, idéologie et mode de production, Paris, L’Harmattan, 2010.

CARRAZE, Alain, Les Séries télé, l’histoire, les succès, les coulisses, Paris, Hachette, 2007.

COLONNA, Vincent, L’Art des séries télé, Paris, Payot, 2010.

DURAND, Gilbert, Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1960.

DURAND, Gilbert, Introduction à la mythodologie, Paris, Albin Michel, 1996.

ESQUENAZI, Jean-Pierre, Mythologie des séries télévisées, Paris, Cavalier Bleu, 2009.

ESQUENAZI, Jean-Pierre, Les séries télévisées : l’avenir du cinéma ?, Paris, Armand Colin, 2010.

ESQUENAZI, Jean-Pierre, Sociologie des publics, Paris, La Découverte, 2003.

VEYNE, Paul, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, Éditions du Seuil, « Des travaux », 1983.

 

–      M. Jean-Pierre Esquenazi est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université Lyon 3. Directeur de l’équipe de recherche sur les systèmes de communications et d’informations des organisations et des médias, il est spécialisé dans le domaine de la production culturelle et de sa réception. Il a notamment publié Mythologies des séries télés (Le Cavalier Bleu Editions, 2009) et Les séries télévisées. L’avenir du cinéma ? (Armand Colin, cinéma, 2010).  

–      Mme Sylvie Allouche est docteure en philosophie des sciences et des techniques. Intéressée par la possibilité de « philosopher sur les possibles avec la science-fiction » (titre de sa thèse) et la question de l’homme technologiquement modifié, elle est également co-organisatrice depuis 2009 des colloques « Philoséries » sur Buffy contre les vampires, 24h chrono, Battlestar Galactica et A la Maison Blanche (les publications, dont elle est co-directrice, sont en cours).

–      Doctorant en littérature à l’Université Stendhal-Grenoble 3, M. François-Ronan Dubois a pour second champ d’étude les séries télévisées anglophones des années 1990 à nos jours Intéressé par les rapports entre Antiquité, imaginaire mythique et séries télévisées, il a notamment publié « Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files » (e-lla, 2012) et « Fantastique, science-fiction et résolution individualiste des crises globales dans les séries télévisées étasuniennes de 1990 à nos jours » (Magazine de la communication de crise & sensible, 2013). Pour en savoir plus, son carnet de recherche : http://contagions.hypotheses.org/.

 

 

Séance 1 – Ecriture et réécriture des mythes

Date : Mercredi 23 octobre 2013
Heure : 14h00 – 17h30
Lieu : Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs: Ilona Woronow, Mathieu Dijoux et Laurence Picano-Doucet.

Il serait de mauvaise méthode de commencer le séminaire « Mythe et séries télévisées : regards croisés » sans réfléchir au préalable à ce que recouvre le terme même de mythe. C’est à ce travail théorique et terminologique, motivé par la pluralité des conceptions existantes, souvent antagonistes, que sera consacrée la première séance.
Pour favoriser l’émergence d’une définition du mythe, opératoire pour penser sa relation au genre de la série télévisée, il nous est apparu pertinent de réfléchir à l’articulation possible entre deux conceptions du mythe, qui semblent a priori irréconciliables. Alors que les tenants de la définition « essentialiste » s’attachent à la permanence des substrats mythiques, les « pragmatistes » étudient la reformulation des récits mythiques dans des contextes culturels donnés. C’est par un dialogue entre les professeurs Philippe Walter et Charles Delattre que nous nous proposons de mettre à jour les points de rencontre possibles, et d’enregistrer les désaccords, puisque les uns comme les autres seront fructueux pour la réflexion que nous entendons mener.
À la lumière de cet échange, nous interrogerons le mythe dans sa complexité, par l’examen des questions formelles (supports, fabrique du récit mythique) et de leurs implications culturelles (historicité, sens). Nous espérons ainsi, en circonscrivant de la sorte la plasticité mythique, fournir des éléments de méthode pertinents pour l’ensemble du séminaire.

Orientation bibliographique :

Augier D. et Delattre C. (dir.), Mythe et fiction, Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010.
Barthes R. Mythologies, Paris, Éditions du seuil, 1957.
Cazier A. (dir.), Mythe et création, Lille, Presses universitaires de Lille, 1994.
Chauvin D., Siganos A. et Walter P., Questions de mythocritique. Dictionnaire, Paris, Imago, 2005.
Citton Y., Mythocratie : storytelling et imaginaire de gauche, Paris, Amsterdam, 2009.
Detienne M., L’invention de la mythologie, Paris, Gallimard, 1981.
Durand G., Introduction à la mythodologie, Paris, Albin Michel, 1996.
Edelstein D., « The Modernisation of Myth : from Balzac to Sorel », Yale French Studies, 111, 2007, p. 32-44.
Eliade M., Aspects du mythe, Paris, Gallimard, 1963.
Lévi-Strauss C., Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1956.
Le Mythe et le mythique. Colloque de Cérisy, Paris, Albin Michel, 1987.
Vigneron F. et Watanabe K. (dir.), Voix des mythes, science des civilisations. Hommage à Philippe Walter, Berne, Peter Lang, 2012.

M. Philipe Walter est professeur émérite de littérature médiévale française, spécialiste notamment du domaine arthurien. Il privilégie dans son travail une approche fondée sur la mythologie comparée et l’anthropologie culturelle. Son ouvrage Mythologie chrétienne : fêtes, rites et mythes du Moyen Âge a profondément renouvelé les études consacrées à la littérature médiévale.

M. Charles Delattre est maître de conférences à l’université Paris-Ouest. Spécialiste de la mythologie grecque, il accorde une grande importance à la théorie du mythe et à la pragmatique littéraire. Il est également sensible à l’inscription du mythe dans la modernité. Mythe et fiction, ouvrage qu’il a dirigé en collaboration avec Danièle Auger, est une contribution stimulante et novatrice à la science des mythes.