Séance 8 – La réception des séries télévisées – Compte-rendu

Organisateurs de séance : Xavier Guicherd-Delannaz et Cécilia Germain

Cette dernière séance de séminaire s’intéressait à saisir la question de la réception des séries télévisées dans la société à la fois dans ses nombreux codes et rituels et dans sa dimension sacrée. Nos deux intervenantes, Doriane Montmasson et Cécilia Germain, ont ainsi offert une lecture sociologique du fonctionnement des « tribus » (Maffesoli, 1988) de la télévision. Il a alors été question de comprendre comment s’organise l’effervescence sociale autour d’un corpus de séries, leur conférant le statut de « série culte ».

Première intervention, Doriane Montmasson : Un même héros décliné sur différents supports : l’effet de la narration « transmédia » sur la réception de la littérature de jeunesse par les enfants

Cette première communication s’est intéressée à la narration transmédia dans la littérature de jeunesse. De nombreux héros – entendus ici comme personnages principaux d’œuvres de fiction – se trouvent aujourd’hui être transposés d’un support culturel à un autre (Brougère, 2008). Martine, héroïne de la célèbre collection d’albums créée par Gilbert Delahaye et Marcel Marlier a, par exemple, récemment fait son apparition sur une chaîne de télévision grand public[1]. Les enfants peuvent de cette façon rester au contact de leurs héros préférés via des supports aussi divers que la littérature de jeunesse, la télévision, internet ou encore les jeux vidéo. En s’appuyant sur une enquête de réception[2] réalisée auprès de jeunes lectrices et de jeunes lecteurs de grande section de maternelle, de CP et de CE1, Doriane Montmasson se proposait notamment de mettre en lumière la façon dont les « informations » transmises par ces différentes sources culturelles sont mobilisées par les petites filles et par les petits garçons. Il semble, en effet, que les enfants opèrent des liens entre les divers supports auxquels ils ont accès, passant sans mal des livres à la télévision. Or, cela a nécessairement des conséquences sur leur réception des livres leur étant destinés. Nous avons, par exemple, vu la façon dont les jeunes lecteurs peuvent être amenés à interpréter un ouvrage au regard d’éléments transmis par les dessins animés mettant en scène le héros ou l’héroïne considéré(e). Cette communication s’est, au final, proposée d’interroger l’influence d’une telle narration « transmédia » (Jenkins, 2006) sur la réception de la littérature de jeunesse par les enfants. Des extraits d’entretiens sur la lecture et la télévision montrent que les interviewés opèrent un passage imperceptible d’un média à l’autre, commençant à décrire leur livre préféré avant de terminer, sans rupture discursive, à sa représentation télévisée. Ainsi, bien que la lecture nécessite une compétence particulière et un long apprentissage, elle peut être « oubliée au profit de la participation, de l’investissement affectif (social). » (Jenkins, 2006, 122)

Deuxième intervention, Cécilia Germain : « Plus tard, je voudrais qu’on m’aime comme ça ». Les relations amoureuses et les jeunes à travers l’exemple de la réception des séries télévisées.

Cette seconde communication a ensuite porté sur la réception des séries télévisées à travers l’exemple des relations amoureuses. Cécilia Germain nous a montré que la construction d’un savoir sur l’amour et la sexualité se façonne à l’aide de différentes sources, comme les séances d’éducation à la sexualité, le groupe de pairs, la famille mais aussi les médias. Toutes ces formes de savoir constitueraient dès lors un stock de connaissances sur l’amour et la sexualité. Cette présentation nous a également permis de constater que chaque catégorie d’âge avait un usage différent des séries télévisées.

Pour les 13-15 ans, elle est une source de renseignements sur les relations amoureuses et une forme d’aide à la rêverie. La série donne à voir des exemples de relation amoureuse et comment les personnages vivent leur histoire d’amour. Elle montre également des manières de séduire, de garder l’être aimé. La série participe à la construction d’un idéal masculin. Elle est une sorte de fenêtre sur la vie privée des personnages qui sont pour la plupart du temps eux aussi des adolescents ou des jeunes adultes. Enfin, la série aide à l’élaboration de rêve-projet amoureux, qui mettent en avant un même modèle de relation « pure », définie par Giddens comme étant une « relation de stricte égalité sexuelle et émotionnelle, porteuse de connotations explosives vis-à-vis des formes préexistantes du pouvoir tel qu’il était traditionnellement réparti entre les deux sexes [3]».

Concernant les jeunes de 16 à 19 ans, la série a, en revanche, une fonction différente. Elle sert, tout d’abord, de divertissement. Mais, à l’instar des collégiens, leurs propres expériences amoureuses leur forgent un esprit critique face aux pratiques ainsi mises en scène. Les jeunes trouvent que les séries télévisées manquent de réalisme, comme le rappellent certains interrogés : « L’amour dans les séries, ce n’est pas comme dans la vraie vie ». Nous avons, au final, pu voir apparaître une forme de cynisme concernant l’idéal amoureux à travers l’exemple de l’amour passionnel.


[1] Série animé en 3D, diffusée à partir du 27 Août 2012 sur M6. La série comprend 52 épisodes de 13 minutes.

[2] Cent vingt-trois entretiens semi-directifs.

[3] GIDDENS Anthony, La transformation de l’intimité, Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes, Hachette Littératures, Pluriel sociologie, 2004.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *