Séance 7 – Héros télévisuel, déconstruction de la figure du héros, l’antihéros – Compte-rendu

Organisateurs de séance : Sandrine Chapon et Cécilia Germain

Cette septième séance de séminaire se proposait d’étudier la déconstruction de la figure mythique du héros et formait donc une conclusion logique à notre séance précédente sur l’articulation entre héros télévisuels et structures mythiques (séance 6). Or, en dépit de la présence quasi étouffante de super-héros sur nos écrans de cinéma, la télévision semble, quant à elle refléter une autre vision du monde. En effet, nos sociétés postmodernes n’offrent plus nécessairement comme modèle un personnage parfait, doté de qualités irréprochables, voire même de pouvoirs surnaturels. Bien au contraire, la frontière entre le bien et le mal est plus floue que jamais et ne laisse plus autant de place à cette figure manichéenne qu’est le héros traditionnel.

 

Première intervention Sandrine Chapon, « Perry Mason : L’affaire de l’avocat légendaire »

 Lors de son intervention, Sandrine Chapon s’est intéressé au personnage de Perry Mason, avocat de fiction devenu mythique, et agissant toujours à la frontière de la légalité. Le titre de sa communication est ainsi un clin d’œil à l’œuvre d’Erle Stanley Gardner (1889-1970), avocat et auteur américain de nombreux romans policiers comme The Case of the Demure Defendant ou The Case of the Restless Redhair. Quatre vingt-deux de ces romans mettent en scène Perry Mason, un avocat détective qui innocente ses clients à chaque affaire. Ces romans ont donné lieu à de très nombreuses variations (adaptations radiophoniques et cinématographiques ou en bande dessinée…), la plus populaire étant la série télévisée diffusée pour la première fois entre 1957 et 1966 sur le réseau CBS. Or, Perry Mason a intégré la culture populaire, en débit de ses méthodes parfois douteuses, au point d’être l’objet de nombreuses références intertextuelles, que ce soit dans des thrillers, des chansons de rock et de heavy metal (voir notamment Perry Mason, de Ozzy Osbourne, ou le Perry Mason Theme des Blues Brothers), dans certaines séries télévisées australiennes, anglaises et mexicaines, et même dans les jeux vidéo et les mangas.

Les références intertextuelles à Perry Mason font écho à la vision postmoderne de la société et ouvrent la possibilité d’explorer les normes qui régissent la caractérisation de ce personnage de la télévision en noir et blanc. Sandrine Chapon proposait de montrer que ces différentes réécritures permettent de revisiter le formula show en tant que genre, parfois pour rendre hommage à ce personnage au statut mythique alors que dans d’autres cas, c’est pour déconstruire son caractère manichéen. Le caractère fédérateur de ce personnage fictif dans la communauté juridique a, de même, rendu les frontières entre fiction et réalité perméables : outre des références aux affaires de Perry Mason dans des procès, un juge de la cour suprême a affirmé lors de son entretien face au sénat américain s’être orientée vers une carrière juridique grâce à Perry Mason.

La culture américaine ne rougit donc pas de sa prédilection pour les personnages populaires, même aux plus hautes fonctions de la hiérarchie judiciaire, même si ces personnages ne sont pas nécessairement des exemples de moralité.

Deuxième intervention, James Dalrymple « The Singing Detective : genre, mythe, et idéologie »

Cette seconde intervention se proposait ensuite d’analyser une série anglaise un peu particulière, puisqu’elle offre une relecture des règles de la série policière, avec un personnage principal ne répondant pas exactement aux attentes du genre. 

The Singing Detective (BBC, 1986), écrite par Dennis Potter, nous présente en effet un écrivain de romans policiers, Philip Marlow, hospitalisé pour une maladie de la peau rare. Il revit alors le récit d’un de ces romans dans sa tête, menant une enquête qui se confond avec ses souvenirs d’enfance. Au cours de la série, qui comprend six épisodes d’une durée d’une heure environs, différents genres s’entremêlent d’ailleurs, allant de la comédie musicale, à la série médicale, en passant par le thriller espionnage, le film et le roman noir, et l’autobiographie. En parlant avec un psychiatre le personnage principal accepte, néanmoins, petit-à-petit sa propre culpabilité et sa honte par rapport au mystère personnel qui a déclenché sa maladie. Celle-ci s’améliore progressivement, et l’histoire cachée derrière ses souvenirs, fantasmes et rêves devient de plus en plus claire.

Comme le soulignent de nombreux critiques, il existe une synergie entre la psychanalyse freudienne et le roman policier dans l’organisation du récit, qui tracent tous les deux un passage vers un dénouement révélateur. En nous menant, à travers un processus d’enquête et de reconstruction, vers la scène primitive de l’acte criminel, d’autres critiques voient dans le genre policier des parallèles avec le mythe œdipien sur lequel certains aspects de la psychanalyse freudienne sont basés. La communication de James Dalrymple proposait donc d’examiner si, malgré son caractère avant-garde, The Singing Detective valide cette convention fondatrice et mythique du roman policier. Peut-on on résoudre un traumatisme en remettant dans le bon ordre les événements du passé ? Par ailleurs, malgré la façon dont la série joue avec les conventions du genre, renforce-t-elle les traits négatifs de la figure antihéroïque du détective du roman et film noir ?

Dans The Singing Detective, la scène primitive de la trahison de la mère devient finalement la scène du crime sur laquelle la figure du détective enquête. La fin de la série nous donne alors l’impression que Philip Marlow a pu résoudre ses traumatismes à travers son enquête à rebours, incitée par son psychiatre. Sa peau guérit, et il sort de l’hôpital avec sa femme, prêt à relancer sa carrière en tant que romancier. L’ambigüité de sa démarche reste présente, mais la question reste de savoir s’il est guéri par l’invention psychanalytique. Et si c’est le cas, est-ce que la série se réinscrit en quelque sorte dans l’idéologie du genre policier ? Même si le l’enquête révèle qu’il est lui-même le grand coupable de l’histoire, comme dans Œdipe, la façon dont cette reconnaissance permet de restaurer le bonheur affirme-t-elle pour autant l’efficacité de l’enquête psychanalytique ? On constate que Dennis Potter avait l’intention de critiquer la notion qu’on peut résoudre les mystères d’enfance comme un détective de roman policier, et que le monde est plus complexe que celui présenté dans la culture populaire. Et pourtant, la figure antihéroïque du détective du genre noir semble avoir gagné à la fin, ses défauts n’ayant pas tous été examiné de façon critique.

Troisième intervention, Cécilia Germain « L’antihéros télévisuel, ce personnage imparfait qui provoque l’attachement du spectateur »

Cette dernière intervention nous offrait en conclusion un regard neuf sur la figure antihéroïque grâce à la lecture sociologique réalisée par Cécilia Germain.

Depuis le milieu des années 2000, nous voyons s’imposer sur nos écrans une nouvelle image du héros. Ce nouveau type de personnage pourrait se définir comme un anti héros. Progressivement, les téléspectateurs ont su délaisser un héros « monolithique » qui vivait de nombreuses péripéties dans des mondes extraordinaires ou lointains, possédant des qualités rares ; en privilégiant des personnages plus ordinaires ou torturés, en prise avec le quotidien. Laurent Jullier montre qu’il existe une sorte de cohabitation entre ces deux figures de héros : « les héros qui hésitent, se trompent, reçoivent une bonne leçon, s’amendent et s’améliorent, cohabitent désormais avec leurs surhumains homologues » [1]. Aujourd’hui, beaucoup de séries mettent en avant des antihéros: Dr House, Dexter, Breaking Bad, House of Cards, ou encore des séries télévisées faites pour les adolescents comme Glee.

L’antihéros télévisuel peut se définir par son sens moral qui peut aller d’une vision particulière de la justice à l’amoralité. La scission entre le bien et le mal est plus ambivalente avec ce type de personnage. Il est aussi un individu en devenir, en formation. Souvent son passé explique en partie ses actions présentes. L’intervenante étudiait également l’attachement que peut provoquer cette nouvelle figure de personnage envers les téléspectateurs. Comme le souligne Jost, « le coup de génie de certains scénaristes est d’avoir fait éclater le carcan psychologique mise en œuvre par le discours réaliste qui s’appuie sur des caractères stables et intangibles (avec le méchant, le bon, le tendre, le naïf, le distrait,..) pour toucher à la fois ce qu’il y a de plus humain et de plus social en nous » [2]. Les héros « classiques » attirent un certain type de public notamment les enfants et les séniors. Toutefois, cette perfection peut être pesante pour certains spectateurs. Ils partent alors à la recherche d’autres personnages plus imparfaits. Cet attachement se fait graduellement, au fur et à mesure que le téléspectateur apprend à connaître les traits de personnalité de cet antihéros. Ce type de personnage plait aux spectateurs car il est proche d’eux. Certaines expériences vécues par l’antihéros se rapprochent de la vie quotidienne des spectateurs. Comparé aux héros, ce personnage peut se tromper, commettre des erreurs de jugement, souffrir, être malade, se perdre dans ses sentiments. Il a un droit à l’erreur qui lui permet de sortir grandi de ses mésaventures. Il poursuit un cheminement proche de celui de ses spectateurs et c’est l’une des raisons qui le rend attachant aux yeux du public.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *