Séance 6 – Héros télévisuels, figures mythiques – Compte rendu

Compte rendu séance 6 « Héros télévisuels, figures mythiques »

Organisateurs de séance : Jonathan Fruoco et Clément Pelissier

Intervenants : Laurent Aknin, historien et critique de cinéma ;  Clément Pelissier, doctorant CRI LLSH.

Cette séance se proposait d’étudier les articulations entre différents héros télévisuels et les structures mythiques qui semblaient indéniablement transparaître dans l’évocation de leurs aventures. Le spectateur attentif est le témoin d’un récit qui fait résonner en lui les échos de narrations anciennes, traditionnelles et inaltérables telles que Joseph Cambell les observait dans l’ensemble de son œuvre. Le héros télévisuel connaît en outre maintes occasions de transcender ces structures et de forger sa propre mythologie, de sorte qu’il puisse, avec ses opposants et ses alliés, accompagner un spectateur qui est toujours, lui aussi, en recherche de récits fabuleux et en quête de sens. Ainsi, lors de son intervention Laurent Aknin s’est intéressé aux multiples facettes de Willow Rosenberg, figure majeure de la série Buffy the Vampire Slayer (Whedon, 1997). Clément Pelissier a choisi de considérer le parcours initiatique du futur Superman dans la série Smallville (Gough et Millar, 2001)

Première intervention : Laurent Aknin, « Willow Rosenberg : juive, sorcière, lesbienne, déesse ».

 Si le personnage de Buffy Summers reste tout au long de la série une figure de proue dans son rôle d’élue conféré par son rang de Tueuse, elle n’en demeure pas moins une adolescente et une jeune femme qui accède rapidement à son statut final et tâche de s’y conformer. Rares sont en revanche ceux de ses alliés qui connaissent une transfiguration comparable à celle de Willow Rosenberg, la plus dévouée des acolytes féminines de Buffy. Au cours des sept saisons, elle connaît un développement significatif : elle est avant tout au départ une adolescente qui aspire à une place dans le vaste univers, timide mais talentueuse, amoureuse transie de Xander Harris. Son appartenance à la communauté juive, plutôt discrète dans la série, reste néanmoins notable, car elle la démarque de ses camarades, plutôt héritiers d’une vision hollywoodienne caucasienne. Elle se fait, à différentes reprises, porte-parole de cette tradition en évoquant avec ses amis les fêtes juives qui rythme le calendrier. Elle est l’alliée de la Tueuse et traque avec Buffy, Xander, Giles ou encore Anya les démons et autres vampires qui sont le lot quotidien de la ville de Sunnydale, et il arrivera que ses hautes capacités intellectuelles se trouvent précisément renforcées par la connaissance de la tradition judaïque, nécessaire pour affronter un péril particulier.

Willow a soif de reconnaissance et également de connaissance, et elle évolue rapidement vers les arts mystiques et l’apprentissage de la magie. Elle est une sorcière plus que compétente et accomplie et le mysticisme devient rapidement une part essentielle de sa personnalité, puisque qu’elle se plonge dans les traditions anciennes. La série montre à maintes occasions ces rites secrets et occultes, de sorte que Willow devienne une puissante émissaire de ce savoir ancestral. C’est dans ce cheminement occulte qu’elle se découvre lesbienne, faisant de Buffy the Vampire Slayer la première série où cette affirmation sexuelle est clairement établie chez une adolescente. Lorsque sa compagne mourra elle plongera corps et âme dans la magie noire et passera les derniers temps de la série à s’en amender. Le statut suprême accordé à Willow est celui de déesse lors de la dernière bataille contre les ténèbres : elle fera de l’unicité du statut de Buffy une particularité transmise à tout un groupe de jeunes femmes pour une dernière bataille. Ces quatre étapes d’un accomplissement au départ adolescent et au final divin et mythique sont le signe que le personnage de Willow Rosenberg est héritière des archétypes de Carl Jung et du schéma de la personna.

Deuxième intervention, Clément Pelissier  « Aux frontières du mythe et de l’adolescence, naissance d’un super-héros dans la série Smallville »

Le personnage de Superman a connu bon nombre d’adaptations télévisuelles, mais la série Smallville donne une vision particulière de « l’homme d’acier ». Elle montre, au cours des dix saisons qui la compose, l’initiation d’un personnage qui, loin d’être Superman, doit avant tout devenir un homme, puis un héros, et enfin un super-héros. La série propose un perpétuel mouvement de balancier entre les étapes rituelles d’un accomplissement d’homme, et les merveilles spectaculaires d’un être mythique chargé de sauver le monde. Il n’est rien de plus banal pour un jeune lycéen de rater son bus le matin, de désirer briller dans l’équipe sportive locale ou encore de séduire la jeune fille de ses rêves. Le jeune Clark Kent traverse chacune de ces étapes, tâchant de respecter chaque jour les valeurs que ses parents lui transmettent. Pourtant, il possède des forces et des faiblesses qui ne sont en rien celles des simples mortels : il peut rattraper à la course à pied son retard sur le bus scolaire, il ne peut entrer dans l’équipe de football car sa force spectaculaire pourrait blesser les joueurs, et à sa timidité maladive à l’encontre des demoiselles s’ajoute une allergie mortelle et unique à une pierre que sa dulcinée porte autour du cou.

Les compétences et les faiblesses de Clark Kent sont donc autant de raisons d’entretenir la dualité de la série : son corps change tout autant que sa personnalité et Smallville  nous livre le récit d’un jeune homme qui grandit, qui mûrit à mesure des années. Or ses dons fabuleux suivent le même processus : ils ne lui sont pas tous accordés dés le départ et ce n’est qu’à la faveur d’une transformation de son corps qu’il parviendra à les apprivoiser. Vision thermique et à rayon X, super audition, force, vitesse, super souffle, tous les pouvoirs de Clark sont ceux d’un physique héroïque qui suit pourtant la progression d’une maturation très humaine.

Le pouvoir le plus mythique de Superman reste pourtant la merveille du vol. C’est le don qui identifie le plus clairement le personnage dans l’imaginaire collectif. Néanmoins, la particularité du Clark Kent de Smallville justifie en grande partie la durée conséquente de la série : il ne sait pas voler. Les seules occasions de décollage pour lui sont les états oniriques ou hypnotiques, quand sa nature extraterrestre enfouie prend le dessus sur sa conscience pour quelques instants. Le rêve de vol a été abondamment commenté par Gaston Bachelard dans le premier chapitre de L’air et les songes : le rêve de vol nous est commun à tous et la psychanalyse lui confie de nombreuses interprétations. Pourtant selon Bachelard, la véritable merveille de ce vol onirique est de celles qui ne peuvent soutenir aucune comparaison. Le rêve de vol n’est assimilable à aucun élément rationnel de notre état d’éveil. Or, la phrase la plus classique désignant Superman est « Is it a bird ? Is it a plane ? No, it’s Superman ». L’homme volant de bande dessinée est invariablement rationalisé par le vol dans le règne technique ou dans le règne animal. Pourtant Superman vole d’une façon qui n’est commune ni aux oiseaux, ni aux machines, car il tend les bras devant lui pour fendre l’air. Or, les transes vécues par le personnage de Smallville donnent à observer un vol qui n’est pas encore celui de Superman, mais qui n’en reste pas moins irrationnel : Clark Kent vole dans le rêve comme il volera dans l’éveil et Superman volera dans l’éveil comme nous volons dans nos rêves. Il est à mi-chemin entre l’humain et l’homme mythique.

L’apprentissage progressif du vol fabuleux et l’accès à des pouvoirs inespérés chez les simples mortels font alors de Clark Kent un héros tels que Joseph Campbell pouvait les dépeindre dans l’ensemble de ses travaux ; Clark est en constante recherche de sens de ses origines fabuleuses et le recours aux mythes constitue la clé de sa destinée. Son premier contact avec son passé interplanétaire se fait sur les murs oubliés d’une fresque ancienne où son propre mythe a été conté et cristallisé dans le temps. C’est un savant retiré du monde, figure saisissante du sage ermite retiré du monde des hommes, qui guide cet apprenti héros sur le chemin de son père biologique et des secrets de sa nature. C’est enfin ce père stellaire, instance quasi-divine, qui entame avec ce fils prodigue revenu vers lui son lent chemin vers sa quête (super)héroïque. Le futur Superman présenté dans Smallville intègre donc non seulement les archétypes mythiques de Joseph Campbell, mais il transcende et transgresse les codes de la façon dont Umberto Eco décrivait le devenir si particulier des personnages de bandes dessinées (Eco, 1976) : ils sont à la fois pétris des archétypes cristallisés dans les narrations des mythes anciens, mais forcés de poursuivre leur quête pour des lecteurs consommateurs d’un magazine – ou une série télévisuelle – construite sur une narration en épisodes, qui exige la surprise et le rebondissement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *