Séance 7 – Héros télévisuel, déconstruction de la figure du héros, l’antihéros

Date : Mardi 18 novembre 2014
Heure :
08h30 – 12h30
Lieu :  
Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures

Organisateurs : Sandrine Chapon et Cécilia Germain

Modérateur: Jonathan Fruoco

Intervenants :

Sandrine Chapon (doctorante au GREMUTS, Université Stendhal Grenoble 3): Perry Mason  L’affaire de l’avocat légendaire

Cécilia Germain (doctorante au LLS, Université de Savoie): L’antihéros télévisuel, ce personnage imparfait qui provoque l’attachement du spectateur

James Dalrymple (doctorant, CEMRA, Université Stendhal Grenoble 3): The Singing Detective : genre, mythe et idéologie.

Résumés :

The Singing Detective : genre, mythe, et idéologie, par James Dalrymple

Dans la série The Singing Detective (BBC, 1986), écrite par Dennis Potter, un écrivain de romans policiers est hospitalisé pour une maladie de la peau rare. Il revit le récit d’un de ces romans dans sa tête, menant une enquête qui se confond avec ses souvenirs d’enfance. Au cours de la série, qui comprend six épisodes d’une durée d’une heure environ, différents genres s’entremêlent : la comédie musicale, la série médicale, le thriller espionnage, le roman noir, l’autobiographie. En parlant avec un psychiatre, d’abord avec énormément de réticence, il accepte petit-à-petit sa propre culpabilité et sa honte par rapport au mystère personnel qui a déclenché sa maladie. Celle-ci s’améliore progressivement, et l’histoire cachée derrière ses souvenirs, phantasmes et rêves devient de plus en plus claire.

De nombreux critiques ont observé une synergie entre la psychanalyse et le roman policier à l’égard de l’organisation du récit, qui tracent les deux un passage de la perte à la restauration. En nous menant vers un dénouement révélateur et en reconstruisant la scène primitive représentée par le crime, est-ce que le genre policier s’inscrit au mythe Œdipien sur lequel la psychanalyse Freudienne est basée ? Malgré le caractère avant-garde de The Singing Detective, valide-t-elle néanmoins la convention fondatrice du roman policier: que l’on peut résoudre un traumatisme en remettant dans le bon ordre les événements du passé?

James Dalrymple est doctorant contractuel en deuxième année de thèse au Centre d’études sur les modes de la représentation anglophone (CEMRA), Université de Grenoble – Stendhal III, sous la direction de Prof. Catherine Delmas. Sa recherche porte sur la figure du détective dans la métafiction au cinéma, à la télévision et au roman contemporain britannique.

L’antihéros télévisuel, ce personnage imparfait qui provoque l’attachement du spectateur, par Cécilia Germain

 Depuis le milieu des années 2000, nous voyons s’imposer sur nos écrans une nouvelle image du héros. Ce nouveau type de personnage pourrait se définir comme un anti héros. Progressivement, les téléspectateurs ont su délaisser un héros « monolithique » qui vivait de nombreuses péripéties dans des mondes extraordinaires ou lointains, possédant des qualités rares ;  en privilégiant des personnages plus ordinaires ou torturés, en prise avec le quotidien. Laurent Jullier montre qu’il existe une sorte de cohabitation entre ces deux figures de héros : « les héros qui hésitent, se trompent, reçoivent une bonne leçon, s’amendent et s’améliorent, cohabitent désormais avec leurs surhumains homologues »[1]. Aujourd’hui, beaucoup de séries mettent en avant des antihéros: Dr House, Dexter, Breaking Bad, House of cards, ou encore des séries télévisées faites pour les adolescents comme Glee. Tout d’abord, il s’agira de déterminer les caractéristiques de l’anti héros télévisuel. Il peut se définir par son sens moral qui peut aller d’une vision particulière de la justice à l’amoralité. La scission entre le bien et le mal est plus ambivalente avec ce type de personnage. Il est aussi un individu en devenir, en formation. Souvent son passé explique en partie ses actions présentes. Par la suite, il s’agira d’étudier l’attachement que peut provoquer cette nouvelle figure de personnage envers les téléspectateurs. Comme le souligne Jost, «  le coup de génie de certains scénaristes est d’avoir fait éclater le carcan psychologique mise en œuvre par le discours réaliste qui s’appuie sur des caractères stables et intangibles (avec le méchant, le bon, le tendre, le naïf, le distrait,..) pour toucher à la fois ce qu’il y a de plus humain et de plus social en nous »[2] . Les héros « classiques » attirent un certain type de public notamment les enfants et les séniors. Toutefois, cette perfection peut être pesante pour certains spectateurs. Ils partent alors à la recherche d’autres personnages plus imparfaits.

Cet attachement se fait graduellement, au fur et à mesure que le téléspectateur apprend à connaître les traits de personnalité de cet antihéros. Ce type de personnage plait aux spectateurs car il est proche d’eux. Certaines expériences vécues par l’antihéros se rapprochent de la vie quotidienne des spectateurs. Comparé aux héros, ce personnage peut se tromper, commettre des erreurs de jugement, souffrir, être malade, se perdre dans ses sentiments. Il a un droit à l’erreur qui lui permet de sortir grandi de ses mésaventures. Il poursuit un cheminement proche de celui de ses spectateurs et c’est l’une des raisons qui le rend attachant aux yeux du public.

Cécilia Germain est doctorante en sociologie à l’Université Pierre Mendès France, Grenoble II, Laboratoire LLS (Université de Savoie), sous la direction de Monsieur Sébastien SCHEHR. L’intitulé de sa thèse est « L’entrée dans la sexualité, entre scénario idéalisé et réalité vécue ». Elle occupe actualement le poste d’ATER en sociologie à l’Université de Tours. Ses recherches portent sur la sociologie de la sexualité, de la jeunesse et des médias. cecilia.germain@hotmail.fr

Perry Mason : L’affaire de l’avocat légendaire, par Sandrine Chapon

Le titre de cette communication est un clin d’œil à l’œuvre d’Erle Stanley Gardner (1889-1970), avocat et auteur américain de nombreux romans policiers comme The Case of the Demure Defendant ou The Case of the Restless Redhair. 82 de ces romans mettent en scène Perry Mason, un avocat détective qui innocente ses clients à chaque affaire. Ces romans ont donné lieu à de très nombreuses variations, la plus populaire étant la série télévisée diffusée pour la première fois entre 1957 et 1966 sur le réseau CBS. Mais on trouve également des versions radiophoniques et cinématographiques, des adaptations pour la bande dessinée, des références intertextuelles à cette série dans de nombreux thrillers, dans des chansons de rock et de heavy metal, dans certaines séries télévisées australiennes, anglaises et mexicaines, et même dans les jeux vidéo et les mangas, témoignant de la place centrale occupée par ce personnage éponyme dans la culture populaire qui s’étend au-delà des frontières américaines.

Les références intertextuelles à Perry Mason font écho à la vision postmoderne de la société et ouvrent la possibilité d’explorer les normes qui régissent la caractérisation de ce personnage de la télévision en noir et blanc. Nous proposons de montrer que les différentes réécritures permettent de revisiter le formula show en tant que genre parfois pour rendre hommage à ce personnage au statut mythique alors que dans d’autres cas, c’est pour déconstruire son caractère manichéen. Nous analysons, dans un second temps, le caractère fédérateur de ce personnage fictif dans la communauté juridique, rendant les frontières entre fiction et réalité perméables. Enfin, nous montrons que les résonnances de nature très différentes illustrent la particularité de la culture américaine qui ne rougit pas de sa prédilection pour les personnages populaires, même aux plus hautes fonctions de la hiérarchie judiciaire.

Sandrine Chapon est PRCE à la faculté de droit de Grenoble où elle enseigne l’anglais juridique depuis 2005. Parallèlement à sa fonction d’enseignante, elle est doctorante sous la direction de Mme Shaeda Isani (ILCEA, Université Stendhal, Grenoble 3). Ses recherches portent sur les séries judiciaires américaines comme voie d’accès à la langue-culture du droit.

http://droit.upmf-grenoble.fr/acces-rapides/annuaire/chapon-sandrine-167531.htm


[1] JULLIER Laurent, LABORDE Barbara, Grey’s anatomy, Du cœur au care, PUF, 2012.

[2] JOST François, De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ?, CNRS édition, 2011.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *