Séance 3 – Mythe médiéval dans les séries télévisées – Compte-rendu

Cette troisième séance s’articule autour de deux questions : les modalités selon lesquelles les séries télévisées permettent la réécriture des mythes médiévaux et en quoi ces séries tendent à constituer un mythe du Moyen Âge. Nos invitées ont toutes deux choisies, par un heureux hasard, d’étudier la série à succès Game of Thrones, Mme Anne Besson en la comparant avec l’univers de Tolkien et en se demandant quel univers est le plus médiéval, quel Moyen Âge est le plus pertinent, Mme Claire Cornillon en étudiant l’ambiguïté et la complexité des références aux mythes dans la série et le traitement du mythe dans le cadre spécifique de la narration sérielle.

 Première présentation : Anne Besson

Si les œuvres de Georges Martin et de Tolkien sont toutes deux des ensembles romanesques s’inscrivant dans le même courant, le médiéval fantastique, et renvoyant à un espace-temps féodal, les deux auteurs n’exploitent pas de la même façon ce cadre commun. L’univers plus sombre et plus violent de Georges Martin est perçu spontanément par le spectateur, selon Anne Besson, comme montrant une réalité plus conforme à ce que nous apprend l’Histoire, ce qu’elle souligne par la comparaison entre la réception de l’œuvre chez les journalistes et chez les spécialistes du Moyen Âge : les journalistes louent le réalisme historique de Game of Thrones contrairement aux spécialistes de l’époque médiévale.  Anne Besson pose alors la question : quel est le Moyen Âge de G. Martin ?

Premier contre-modèle crédible de Tolkien, Martin prend ses distances à mesure que s’étend sa propre renommée, tout en reconnaissant Tolkien comme modèle. Il s’éloigne surtout des auteurs de fantasy qui viennent après Tolkien et qui ont construit, suite à l’accumulation de fictions tirées du modèle tolkinien, ce que Martin appelle un « Disneyland de la fantasy ». Pour ne pas tomber dans les clichés médiévaux, il décide de croiser le roman historique et la fantasy, s’inscrivant ainsi entre Tad Williams (auteur de Memory, Sorrow and Thorn en 1988 et 1993 où l’on retrouve l’idée des loups compagnons et des cavaliers des hauts-plateaux) et Maurice Druon, auteur des Rois Maudits, dont le premier tome, Le Roi de fer explique sans doute la traduction française de Game of Thrones (Le Trône de fer).

Pour Anne Besson, le pseudo réalisme de Game of Thrones est seulement le produit d’un autre genre littéraire, recherchant le vraisemblable mais n’en restant pas moins fictif : le roman historique. L’ambition explicite de Martin, qu’Anne Besson résume par la question « what it was like to live in the MA ? » est de donner à saisir une expérience. Cette dimension de l’expérience représente la dernière mutation d’un Moyen Âge constamment réinventé, elle est fondamentale pour l’appréhension contemporaine de ce qui est considéré comme étant le « vrai Moyen Âge ». Elle se décline notamment de façon ludique (avec l’organisation de GN, jeux de rôles grandeur nature) ou sérieuse, à travers des reconstitutions historiques (depuis le jeu des joutes jusqu’à l’archéologie expérimentale). L’adaptation des romans de Martin en série la rapproche donc de l’idéal de reconstitution, et c’est pourquoi le making off de Game of Thrones insiste sur ce travail de reconstitution historique.

En effet, Martin parle toujours du Moyen Âge comme source de son oeuvre. Ce Moyen Âge n’est pas le même que celui de Tolkien (plutôt Ve-XIIe), il s’établit dans le XIVe, faisant référence à la fois à la guerre de Cent ans et des Deux Roses. Ce ne sont pas les seules sources de Martin qui, contrairement à Tolkien qui recherche une unité fondamentale, pratique le « collage », s’inspire des spartiates, du siège de Constantinople etc.

Le passage de Tolkien à Martin peut alors être vu, selon Anne Besson, comme un passage de la restitution culturelle à la reconstitution historique : si l’univers de Tolkien veut nous faire regretter un temps où le monde était simple et beau, Martin refuse toute idéalisation, et porte sur le Moyen Âge un regard horrifié. Mais il va parfois trop loin comme le souligne Kelly de Vries, citée par Anne Besson : les stratégies des batailles par exemple, essayaient de faire fuir l’adversaire et les combats étaient donc rarement aussi sanglants que dans Game of Thrones. Ces reconstitutions historiques ne sont donc pas historiquement exactes, mais sont davantage des créations contemporaines, comme le montre le personnage de Brienne de Torth qui semble crédible parce que s’opposant à deux clichés contemporains concernant la femme médiévale : celui de la femme opprimée enfermée chez elle, et celui du fantasme de l’amazone se battant très légèrement vêtue. Pourtant s’il existait effectivement des combattantes médiévales, les documents historiques les concernant sont trop rares pour déterminer précisément leurs fonctions, leurs vêtements, leur mode de vie etc.

Anne Besson termine son intervention sur l’effet sériel, c’est-à-dire sur le rôle que joue la construction sérielle dans cette élaboration. C’est en fait via la sérialité que l’œuvre se constitue en univers, c’est grâce à cela qu’elle s’incarne, se densifie, à travers des acteurs, des costumes…

Seconde présentation : Claire Cornillon

On retrouve dans Game of Thrones des structures qui relèvent du mythique, notamment dans la construction des personnages et le rapport à la temporalité. La spécificité de la série est de présenter des conceptions du monde différentes et d’opposer dans ces conceptions la place du mythe.

Game of Thrones est ainsi un récit archétypal : le générique montre l’ambiguïté de ces enjeux et des différents niveaux d’interprétation qui coexistent dans la série. Il se construit à la fois autour de la géographie stratégique de la carte (avec les continents d’où émergent les cités) et de la géographie mythique de l’anneau (avec le soleil représentant l’Histoire de Westeros à travers les animaux emblèmes de chaque maison), montrant le lien entre présent et passé, politique et mythique.

Ainsi la série voit s’affronter plusieurs religions, plusieurs mythologies et l’existence du surnaturel est contestée par certains personnages. Ce sont en fait les conflits politiques du début de la série qui deviennent progressivement des conflits religieux comme le souligne Maureen Attali dans son article « Rome à Westeros » cité par Claire Cornillon : « l’intrigue de Song of Ice and Fire fait donc assister le lecteur à la décomposition d’un empire multi confessionnel qui sombre progressivement dans le chaos à la suite d’invasions étrangères tandis qu’un monothéisme venu de l’est se diffuse rapidement sur son territoire. Le parallèle avec l’Empire romain est frappant ». Ce sont donc des représentations du monde qui s’affrontent.

Le retour du surnaturel dans la série, surnaturel auquel ne croyait pas bon nombre de personnages principaux, permet la transformation des légendes en mythe en tant que récit vrai. Claire Cornillon appuie ici sa définition sur celle de Mircea Eliade qui attribue au conte et à la légende une fonction allégorique, tandis que le mythe est un récit vrai qui explique comment le monde est devenu ce qu’il est. A partir de là les frontières se brouillent également entre Histoire et légendes : l’Histoire récente elle-même (comme les dragons des Targaryen) ressemble aux légendes anciennes et les anciens mythes semblent plus vrais que l’Histoire officielle de Westeros, comme le souligne Cersei quand elle rassure son fils : « un jour tu seras roi et la réalité sera celle que tu décideras ».

La notion même de destin est très ambiguë dans la série : si la vie des personnages semble déterminée, ceux-ci luttent pour se libérer de ces paradigmes et, en détournant les archétypes de départ, retrouvent d’autres paradigmes, notamment épiques. Les positionnements des personnages sont des identités provisoires et potentielles qui peuvent être ou non actualisées et c’est parce que des personnages comme Jaime ou Tyrion luttent contre leur destin qu’ils deviennent des héros, non parce qu’ils y étaient prédestinés.

Ainsi dans la littérature épique, les personnages sont caractérisés par un nom et un trait, tout comme dans Game of Thrones : John Snow est un bâtard et chacun le sait à cause de son nom, Jaime est le King Slayer, Tyrion the himp… Chacun de ces personnages se voit attribuer un rôle négatif à travers leur surnom, rôle contre lequel ils luttent.

Daenerys est elle-aussi présentée comme un personnage dont l’archétype a évolué : elle est d’abord identifiée comme étant la jeune fille, la princesse à marier. Son itinéraire l’amène à se transformer en un autre archétype : le héros épique (elle est un personnage noble, qui a un lien avec la surnature et qui est un leader guerrier…). Les séquences construites autour de Daenerys permettent la révélation progressive de son potentiel épique, à travers des effets de surprise et la montée en puissance de la musique.

Ces changements possibles d’archétypes, laissent le spectateur dans le doute : qui va survivre ? qui va mourir ? Car les personnages qui correspondent aux archétypes du héros ne sont pas à l’abri de la mort, et c’est cet éloignement d’avec le stéréotype qui surprend et choque le spectateur, puisque tout peut arriver.

Cette évolution des personnages et de leur identité, qui n’est jamais figée, est facilitée par le fait que ces récits sont en épisodes. En effet, les choix en matière de construction sérielle de Game of Thrones sont très révélateurs parce que la série fonctionne peu sur la logique du cliffhanger (pourtant très utilisée). Il s’agirait plutôt de créer une logique du choc : l’épisode 9 s’achève sur un choc, terminant un petit cycle et construisant un nouveau cycle dans l’épisode suivant, l’épisode 10 qui marque la fin de la saison. Ce temps cyclique correspond alors à la temporalité du mythe.

Ainsi le rapport à la temporalité pour les personnages est très important : puisque la narration construit sa propre mémoire dans la succession des épisodes, dans la récurrence des motifs, elle crée sa propre mythologie. Cette mythologie de Game of Thrones est une réflexion sur l’Histoire et les histoires. Le mythe appartient à un passé lointain constamment évoqué comme temps primordial et chaotique par des personnages âgés dont le discours est rejeté par les autres comme étant fables pour enfants. Or au moment où commence la série, on sent progressivement qu’il s’agit de la fin d’un cycle et qu’à cette période de stabilité va succéder une nouvelle période de chaos, cette alternance cyclique étant symbolisée par le passage de l’été à l’hiver, comme le rappelle la devise des Stark «Winter is coming »

Claire Cornillon conclue en montrant que le jeu des trônes représente des visions du monde et de la temporalité différentes et que la série représente le passage d’une époque à l’autre : avant le début de la saison 1, le passage des Targaryen aux Stark s’était effectué, pendant les premières saisons on passe des Stark aux Lannister et on assiste au retour des Targaryen. La mort des Stark n’est donc pas étonnante : ils appartiennent à un temps révolu et leur position sans concession ne trouve plus sa place dans le monde dominé par les Lannister.

Andréa RANDO-MARTIN

 

 


Une réflexion au sujet de « Séance 3 – Mythe médiéval dans les séries télévisées – Compte-rendu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *