Séance 5 – Le scientifique : un nouveau magicien? – Compte-rendu

Le thème de ce jour est de questionner la figure du scientifique dans les séries TV et son éventuel rapport à la magie. Les séries policières, médicales ou de science-fiction placent en effet bien souvent le scientifique au centre de l’intrigue : c’est lui qui a les clés pour résoudre les mystères ou sauver des vies. Sans autres aides que ses connaissances il aide son entourage, rejoignant ainsi une des premières définitions de la magie et, de par son savoir presque unique, il apparaît aux yeux du grand public comme un magicien, voire un sorcier.

Par exemple, dans un épisode de Once Upon a Time (saison 2 épisode 7 « The Doctor »), le docteur Frankenstein, en réussissant enfin à faire ressusciter son frère grâce à un cœur rapporté du pays des contes de fées, affirme : « ce n’est pas de la magie, c’est de la science ». Faut-il opposer magie et science ? Ou bien l’une est-elle en train de remplacer ou de tenter de remplacer l’autre ? A travers trois présentations qui exploreront différentes séries TV nous nous questionnerons donc sur la place du scientifique dans ces séries et dans l’imaginaire du public.

Nous avons eu le plaisir d’accueillir lors de ce séminaire le docteur Franck Waserhole, Monsieur Pascal Lafourcade et Jonathan Fruoco, qui est aussi coordinateur de cette séance. Les communications de nos trois intervenants, ont ainsi permis d’établir un dialogue interdisciplinaire mêlant médecine, mathématiques et sciences humaines afin d’éclairer les différentes représentations de la figure du scientifique dans la série télévisée.

Première présentation : Pascal Lafourcade

Quelle image de scientifique et plus particulièrement du mathématicien ou de l’informaticien véhiculent les séries TV ? Sont-elles proches de la réalité ?

À travers différents exemples, Pascal Lafourcade met en évidence la place du scientifique dans les séries TV comme un homme qui résout les problèmes en donnant une impression de facilité, de rigueur (avec dans certains cas des « contrôles de véritables mathématiciens »). Le scientifique dans la série résout les meurtres avec des techniques modernes liées à la révolution technologique et non plus avec sa simple intelligence ou avec son esprit déductif (comme pouvait le faire par exemple Colombo).

Dans tous les cas, il faut noter une forme de « marque » identifiant immédiatement le scientifique : son physique, ses vêtements, ou même ses tatouages peuvent, par exemple, évoquer des attributs physiques de magiciens, voire de chamans dans d’autres cultures. Il est « remarquable » par son physique. Il peut aussi être présenté hors du monde : dans son laboratoire, devant son ordinateur, sans forcément un contact facile avec le monde extérieur (Bones, par exemple).  De plus, il cumule souvent un certain nombre de diplômes impressionnants.

Le temps donné pour résoudre les problèmes n’est pas réaliste et ne veut pas l’être : il est impossible de casser des codes dans le temps imparti mais le scenario ne prévoit pas de développer une enquête de manière réaliste sur le plan temporel. Au contraire, l’affaire est résolue contre toute attente dans un temps record, comme si le scientifique possédait une forme de maîtrise « magique » du temps, ce qui peut d’ailleurs ne pas choquer le spectateur convaincu de la vraisemblance des événements auxquels il assiste. Ce dernier est, en outre, impliqué dans certaines séries (Numbers) dans la compréhension de l’outil mathématique grâce à une présentation sous forme de cours magistral.

Le scientifique a une forme de pouvoir qui lui permet d’aider la justice et de trouver les coupables : on lui fait confiance pour la résolution des problèmes et les preuves qu’il apporte sont essentielles. Il participe à la justice et à la quête de la vérité en donnant l’illusion de la rigueur, ce qui l’éloigne d’un magicien dont on ne comprend pas le pouvoir. La science est ainsi bien souvent montrée comme facile, compréhensible, rapide et digne de confiance.

Deuxième présentation : Jonathan Fruoco

Docteur Who est présent dans l’univers télévisuel depuis plus de cinquante ans. Sous différents visages, à différents âges de la vie, il intervient sur terre grâce à son TARDIS et à son tournevis sonique, véritable « baguette magique », et intervenant dans le destin des hommes.

Selon Frazer, la magie s’oppose à la religion mais se rapproche par défaut de la science qui a une dimension à la fois magique et religieuse. Docteur Who est au barycentre du triangle « religion, science et magie » selon les besoins des épisodes sans que l’on saisisse complétement sa vraie nature, bien que la saison 24 réinvestisse la magie dans le personnage qui s’éloigne de sa figure clownesque et devient plus sombre et dangereux. Comme le magicien Merlin dont il est une des figures dans la saison 25 (« Battlefield ») il est capable de déjouer le cycle du cours du temps. Il appartient en fait « au grand temps » de Mircea Eliade : être protéen comme Merlin, il a comme lui différents masques et différents âge. Il est comme le magicien des légendes arthuriennes, capable de communiquer avec les animaux. On retrouve aussi la figure du magicien Gandalf dans le dernier épisode de la saison 3 (« Last of the Time Lords »). Magicien certes, mais aussi homme « technique » possédant des outils technologiques avancés comme son tournevis sonique, lui permettant de réaliser toutes sortes d’opérations (crochetage de serrures, scans médicaux, arme de dissuasion…). La magie rejoint la technologie.

Ainsi Docteur Who allie magie et connaissances scientifique dans un milieu de fantasy sans que la frontière entre les deux domaines soit toujours clairement définie.

 

Troisième présentation : Franck Waserhole

Le Docteur House est un héros intéressant à questionner à la fois du point de vue physique et du point de vue psychologique.

Le Docteur est blessé et il a une canne : il rejoint ainsi une série de héros qui souffrent de blessures dont l’importance est symbolique. Sa canne évoque le bâton d’Esculape ; le bâton de Hermès est un serpent qui évoque la connaissance (on retrouve le serpent dans le ouroboros : maître du temps et le serpent biblique qui enjoint Eve d’avoir accès à la connaissance). Il boîte : sa boiterie évoque celle d’Œdipe, c’est un signe montrant qu’il est le jouet du destin. Ce n’est pas anodin d’avoir un héros boiteux. On retrouve aussi ces boiteries dans des cérémonies initiatiques.

Un médecin est souvent humaniste, il soigne par amour des hommes mais Docteur House agit par curiosité scientifique. Quand il n’y a pas de cas intéressants, il s’ennuie (rejoignant alors son illustre aîné, Sherlock Holmes). Il est différent du héros atypiques Dexter et aussi des médecins légistes qui dénoncent les coupables à travers l’étude des cadavres (dans ce cas, ils ont intéressants aussi à étudier car en explorant les cadavres, ils voyagent à travers la mort).

House est un solitaire qui souffre. Mais il reste néanmoins courageux et intelligent et fait passer la résolution des problèmes au-delà de son propre intérêt : il suit un idéal qui se rapproche d’un idéal platonicien. Il ment et triche afin de sauver des vies et n’arrête devant rien afin d’obtenir les preuves scientifiques lui permettant d’élaborer des hypothèses. Il ne croit pas en la magie ; il est athée. Il s’appuie sur des preuves, suit un raisonnement socratique.

Docteur House, héros atypique mais courageux, présente donc un modèle de héros qui a des trais mythologiques certains et qui s’appuie sur la science, et sur des faits pour établir son diagnostic, mettant ainsi sa quête de vérité au centre des débats scientifiques.

Jonathan FRUOCO et Laurence PICANO-DOUCET


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *