Séance 2 – Formes du mythe et de la série télévisée : semblances et dissemblances – Compte-rendu

François-Ronan Dubois s’est intéressé à la structuration du sens dans le mythe et la série télévisée.

Il est encore peu fréquent de trouver dans les travaux universitaires cette problématique de relations entre les mythes et les séries télévisuelles. Le thème est abondant mais pourtant peu de réflexion ont été produites sur la forme du médium, les formes du mythe et de la série. En effet, la série télévisuelle prend pour thème le mythe. Or dans ces conditions, le mythe ne serait pas un « outil », mais bien une approche possible des séries télévisuelles.

On peut songer par exemple au mythe herculéen. La revue Slayage interroge souvent les thèmes antiques présents dans la série télévisée Buffy the vampire slayer. La série télévisée serait alors un autre roman et une autre épopée que ceux présents dans la littérature. Lors de la première séance méthodologique, Charles Delattre avait d’ailleurs présenté l’idée que le mythe est l’agrégation de ses différentes versions, le sens naissant de cette agglomération.

En outre, dès l’Antiquité, les travaux de Diodore de Sicile évoquaient un ensemble de conditions et de critères d’identification du mythème herculéen, que l’on retrouvera dans le contexte sériel. Ainsi la série Supernatural reflète les conditions du mythe herculéen. Les thématiques du voyage et du combat se retrouvent aussi bien dans Supernatural que chez Hercule (voyage, combat de monstres par Hercule/ Frères Winchester).

De même, dans la série télévisée X-Files, on constate une variabilité des histoires. Les deux personnages veulent raconter la même histoire selon leur propre version, mais le spectateur n’aura jamais la version véritable. La série présente alors une définition du mythe : il existe par exemple plusieurs versions du mythème des vampires, rapportées par Mulder. La série se présente elle-même comme une variable. 

Dans Doctor Who les variations de certaines figures mythiques sont essentielles, celles du trickster par exemple. Le Docteur et son interprétation sont alors les différentes versions de son mythe.

Si l’analyse semble efficace pour les séries télévisuelles de science-fiction ou d’univers fantastiques, peut-on retrouver ce principe dans une série non-merveilleuse ? La variabilité est présente dans la structure formelle de la série télévisuelle. Il y a un degré de mutabilité, de changement, contenu dans la fonction narrative de la série.  Elle se constitue d’indices d’une progression narrative qui semblent mener vers la résolution de la série, tout comme une résolution romanesque. Une série peut donner l’impression qu’elle va se poursuivre ou s’arrêter.

Les éléments intégrateurs unissent des épisodes sans contenu thématique commun. On retrouve cet élément dans Skins, qui propose des changements récurrents de casting. C’est aussi pour cela que la série Doctor Who peut reprendre après des années d’interruption.

En outre, les épisodes eux-mêmes peuvent former des suites conjointes, ou s’inscrire dans une saison, dans un arc narratif, dans une franchise. La série Stargate est alors une franchise transmédiatique. De plus, les génériques et les séquences pré-génériques permettent de situer l’épisode dans un arc narratif précis. Ils permettent de se situer dans un contexte ou bien dans la série télévisée elle-même.

Consécutivement, Sylvie Allouche s’est demandé si les téléspectateurs croient à leurs séries télévisées ?

Il s’agissait d’un emprunt à Paul Veyne et à son ouvrage Les grecs ont-ils cru à leurs mythes ? (Veyne, 1983). Socrate a été accusé de créer de faux dieux, de faux mythes. Il s’agissait à la fois d’interroger le rapport du spectateur à la série mais aussi la façon dont est représentée la croyance dans la série télévisée. Cela posait un problème méthodologique : comment savoir si les téléspectateurs croient à leurs séries ? On peut alors privilégier une méthode empirique, en questionnant les effets cognitifs, physiologiques de la série. Mais il s’agit avant tout de déterminer ce qui fait une série télévisuelle.

Il semble alors que la représentation d’une action convoque les mêmes zones cérébrales que l’action elle-même. Ce que la fiction perd en interactivité, elle le compense avec la série télévisée. La série 24 heures chrono est par exemple capable de générer des péripéties tout à fait imprévues à priori, mais prévisibles a postériori.

Des enquêtes sont menées auprès des téléspectateurs. Fabienne Sodinni relevait les différences de perception des films d’horreurs : on peut parfois jouer à se faire peur ou bien être fondamentalement dans le doute entre fiction et réalité. Le rapport intime de chacun à la fiction et au réel est ainsi fondamental. La fiction est elle purgation ou influence ? Ce sont deux types de rapport à la fiction. Le partage collectif avec des amis réels d’expériences fictionnelles est important.

Par ailleurs, c’est un téléspectateur idéal visé par la fiction.  Dans la science fiction beaucoup d’éléments sont étrangers aux réels et le monde se construit à mesure du récit.

Pour la question des représentations de la croyance dans la série télévisée, il faut considérer un effet de croyance propre aux séries télévisées elles-mêmes. Certains films sont déclinés en séries, comme c’est le cas par exemple pour la saga Star Wars, et ce phénomène constitue une attente.

La série télévisuelle se donne à consommer dans le format audio visuel avec un certain nombre de paramètres. Il y a une notion de rituel dans le visionnage des séries : dans le domestique, à la maison ou avec des amis. Le mythe est consommé surtout de façon collective. Paul Veyne rappelle que les mythes étaient rapportés aux enfants par les nourrices. Cette nourrice se retrouve par exemple dans la série Game of Thrones qui raconte des histoires mythiques dans un monde féodal réaliste. Dans la série de telles histoires sont considérées comme dépassées et fantaisistes.

Clément PELISSIER     


Une réflexion au sujet de « Séance 2 – Formes du mythe et de la série télévisée : semblances et dissemblances – Compte-rendu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *