Séance 1 – Ecriture et réécriture des mythes – Compte-rendu

M. Charles Delattre ouvre cette séance inaugurale en défendant une approche constructionniste du mythe. Il s’attache à démontrer la contribution décisive du mythologue lui-même dans la constitution du mythe. L’examen serré de deux articles empruntés à des dictionnaires de mythologie met en évidence l’importance des choix opérés par les auteurs. De fait, l’objet étudié se trouve profondément modifié selon que le chercheur analyse l’ensemble des versions connues ou s’en tient à un récit jugé comme canonique, selon qu’il prend en considération des supports différents ou qu’il considère exclusivement des textes. Rompant avec l’idée que le mythe appartienne à la catégorie des universaux ou qu’il soit un concept indigène, M. Charles Delattre postule l’existence d’un « triangle mythocritique » : le mythe, le document et le mythologue doivent obligatoirement être pensés solidairement, dans les relations complexes qui se nouent entre eux.

En réponse à la présentation de M. Charles Delattre, M. Philippe Walter commence par narrer trois mythes appartenant à des aires culturelles différentes (le mythe de Sigfried pour la Scandinavie, de Finn pour l’Irlande et de Mélampous pour la Grèce). Ces trois mythes racontent comment le héros acquiert des dons divinatoires. M. Philippe Walter insiste  alors sur la récurrence d’un même schème, celui de l’avalage, et met en évidence son rôle fondamental dans ces trois mythes.  Réfutant l’hypothèse d’un emprunt ou d’une dérivation qui semble déraisonnable, il conclut alors à l’existence de structures anthropologiques de l’imaginaire en s’appuyant sur les recherches de Gilbert Durand.

 La discussion commence alors entre ces deux chercheurs, nourrie par les questions de l’auditoire. Bien qu’il ne considère pas le mythe comme une essence, M. Charles Delattre admet la pertinence de la notion de schème, opératoire dans les travaux de mythologie. Il n’est cependant pas question pour lui de l’établir en ultima ratio du mythe, l’étude du contexte permettant seule de comprendre avec précision le recours à un schème : ainsi jeter un anneau dans la Crète antique ne revêt pas les mêmes significations que jeter un anneau dans la Venise des doges. De son côté, M. Philippe Walter reconnaît la nécessité et l’intérêt de réfléchir aux variations, propres aux productions. A cet étape du développement du débat, si les positions théoriques semblent antinomiques, les deux méthodes apparaissent alors compatibles voire, complémentaires.

  Le débat s’élargit ensuite à la question des rapports complexes qu’entretiennent le mythe, le rite et le rituel. La forme même de la discussion s’oriente vers une mise au point terminologique, qui aurait été nécessaire. Il en résulte le sentiment que chaque intervenant emploie ces termes selon des acceptions différentes et un glissement incessant s’observe du mythe au rite ou du rituel au mythe. Ce déplacement est à la fois le symptôme révélateur d’une difficulté théorique et la source d’interrogations que notre séminaire, précisément, entend soulever.

 Mythe, rite, rituel : si les termes s’appellent l’un l’autre et parfois se confondent, la cause est sans doute à chercher dans le rapport qu’ils entretiennent à la redondance et à la sérialité. À cet égard, la prise en considération du support de la série télévisée devrait permettre de reprendre la réflexion sous un jour nouveau et de contribuer à la recherche mythocritique. Tel est le sillon tracé par cette séance inaugurale, que nous nous efforcerons de creuser durant nos séminaires, en examinant plus attentivement le statut du récit dans le mythe et la série télévisée.

Ilona WORONOW, Mathieu DIJOUX et Laurence PICANO-DOUCET


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *